éducation

Comment aider mon ado à faire un choix d’orientation ?

Oui tout est dans le titre, aider mon ado à faire un choix d’orientation, c’est pour nous le casse-tête de cette nouvelle année scolaire qui commence.

Notre MonstreGentille1 vient de rentrer en classe de 3ème et se heurte déjà à cette question.

Mais à tout juste 14 ans (dans quelques jours), comment peux t’elle vraiment savoir quel métier elle voudrait exercer plus tard ?

Alors bien sûr, elle a des idées, quelques pistes, mais certaines sont plus des passions.

Et depuis la rentrée, quelques professeurs orientent tous les élèves vers un BAC Pro. Ils ont décrêté que c’était ce qu’il y avait de mieux.

Elle est donc rentrée à la maison il y a 2 jours en me disant « maman, c’est bon, je vais faire un Bac Pro petite enfance !!! »  Comme ça, du jour au lendemain.

Mais comment peuvent-ils « balancer » tout ça à nos ados « influençables » ? Ils ont besoin d’être guidés et orientés certes, mais pas qu’on décide à leur place !!!

Ma fille adore les enfants, c’est vrai. Mais elle n’a aucune patience, déteste changer une couche, faire la nounou n’est pas son dada (c’est 2 heures maxi 😉 ).

En soi, je n’ai rien du tout contre le fait que ma fille apprenne un métier dès maintenant, bien au contraire. Mais si elle a envie d’être avocate, dentiste, ou encore de faire de la danse ?

Elle s’est laissé mettre dans la tête qu’elle n’est pas capable de suivre le cursus général au lycée, alors qu’elle est super bosseuse et adore apprendre. Ses notes sont bonnes.

Il y a 25 ans, on m’a fait le même coup.  Plusieurs de mes profs voulaient que je fasse un CAP Coiffure. Alors qu’à l’époque, j’avais pas du tout le profil.  Et à l’heure d’aujourd’hui, mes talents pour couper les cheveux de mes monstres sont très limités (risqués même parfois 😜😜 tellement c’est pas mon truc ).

Puis mes parents m’ont imposé de faire des études dans le secrétariat, alors que je voulais devenir éducatrice spécialisée. Et au final, avec un BTS d’Assistante de Direction Trilingue dans les mains, ba j’ai fais plein de métiers, sauf celui-là.

Bref cette année, et les années à venir, notre rôle de parents va être d’épauler notre ado dans son choix d’orientation.

On va l’accompagner : aller dans des CIO ; faire des recherches sur les différents filières possibles ; sur le site de l’ONISEP ; rencontrer des professionnels ; envisager des stages « découverte »….

On va l’écouter et tenter de faire le point avec elle sur ce qu’elle aimerait faire.

Aider mon ado à faire un choix d'orientation

Car certes, faire un métier avec des débouchés, c’est rassurant, prudent. Mais se lever le matin pour faire un métier que l’on aime pas, juste pour voir son salaire tomber à la fin du mois, cela ne va qu’un temps. J’en ai souffert et je ne veux pas que mon ado passe par là

Aider mon ado à faire un choix d’orientation, ce serait une des nos missions pour cette nouvelle année scolaire.

C’était ma participation au rdv les #jeudiseducation organisé par WonderMômes (pas de thème précis cette semaine)

Autres articles #jeudiseducation disponibles cette semaine :


Et vous, comment procédez vous avec votre ado ?

*#*#*#*#*#*#*#*#*#*
Pensez à commenter cet article
à Bientôt
Félie et sa famille nombreuse au naturel
**********

6 thoughts on “Comment aider mon ado à faire un choix d’orientation ?

  1. Honnêtement je trouve qu’on leur demande trop tôt ! Même moi à 25 ans, il a fallu que je bosse vraiment pour savoir ce que je voulais faire ou pas. Après les stages aident beaucoup je trouve

    1. oui c’est hyper tôt. Encore ce soir, elle me dit en rentrant que son prof principal lui demande si elle a déjà trouvé son stage pour janvier, alors qu’elle sait même pas quoi faire. A priori on va tenter la piste de la filière esthétique. Mais oui c’est trop tôt, pas facile de faire le choix qui ira bien

  2. Ton exemple est bon : tu as appris un métier que tu n’as pas pratiqué. On est beaucoup dans ce cas-là. Mais apprendre un métier exige qu’on se concentre, qu’on apprenne à apprendre, en fait. Et même si tu veux bifurquer ensuite, ce que tu as appris n’est jamais perdu. Pour ton ado, c’est pareil !
    Ici, nos aînées (14 ans et 13 ans) sont face au même cas. L’une n’a aucune idée (mais aucune de chez aucune!!!) et l’autre veut être you-tubeuse (et ne comprend pas qu’on ne soutienne pas son projet professionnel!!!).
    Pour ma part, scolarisée en France, je voulais faire un apprentissage en sortant de 3ème. On m’a dit que c’était hors de question parce que j’étais bonne élève. Me voilà donc avec un bac L en poche, qui ne m’a jamais servi puisqu’il n’est pas reconnu en Suisse (il m’aurait fallu une mention!). Si on m’avait dit le cursus que j’aurais, je n’y aurais pas cru, et pourtant, me voilà maintenant enseignante… après un bac L, puis une formation privée de secrétaire et un séminaire de théologie. Alors, tu vois, tous les chemins sont bons !
    Ne te tracasse pas trop pour ta fille ! Elle a trouvé un stage ?
    Bonne journée.

    1. Oui c’est pas évident de trouver sa voie si jeune.
      Ma fille a fait un stage, un peu par obligation, dans un centre pour handicapé mentaux et cela lui a beaucoup plu, même si elle ne souhaite pas en faire son métier.
      Elle s’accroche désormais au journalisme, et du coup ce sera filière général, littéraire plus précisément, avec option audiovisuel, en attendant de pouvoir s’orienter vers le journalisme après le lycée.
      Bises et à bientôt

  3. Bonjour,

    Merci pour votre article.
    En effet, 14 ans c’est très tôt pour choisir son orientation.
    Uniquement dans certains cas c’est important: si les profs s’opposent à un passage en général et si un jeune est intéressé par une voie pro même s’il a la possibilité d’aller en général afin que ça soit un choix sûr et serein. Et dernier cas lorsqu’un enfant est précoce et réellement demandeur. Personnellement ce sont uniquement dans ces cas que j’accompagne des jeunes. J’ai régulièrement des appels de parents qui veulent faire passer à leur jeune de 3ème un bilan d’orientation, alors qu’ils ne sont pas demandeurs et ils ont la possibilité de poursuivre en seconde générale et technologique. Dans ce cas je refuse de faire un bilan et je recommande d’attendre au minimum le milieu de seconde.

    1. oui c’est tôt, d’autant plus qu’ils changent régulièrement d’avis au fil des mois, de leur rencontre, de leur expérience.
      Sarah-luna qui se voyait faire du journalisme, se voit plutôt maintenant devenir enseignante en primaire.
      Donc de toute façon elle rentre en 2de générale

Laisser un commentaire