En famille

Cette peur qu-on ne connaissait pas avant

Depuis la naissance de CHOUPETTE, notre 5ème enfant, nous traversons mon homme et moi une période de doute, d’angoisse, non pas pour nous-mêmes ni pour notre couple, mais pour la santé de notre pitchoune et donc pour l’ensemble de nos enfants. Jusqu’à lors, on se disait chanceux, gâtés par la vie,  nos monstres n’ont jamais eu de souci de santé « grave », pas d’accident, toute juste des opérations bénignes pour les végétations et/ou amygdales.

Mais voilà, malgré tous les scénarios que nous nous étions préparés à vivre, les soucis rencontrés pendant mon dernier accouchement n’en faisaient pas partie. Avant cela, je ne savais même pas ce qu’était une rupture utérine, et encore moins que cela peut très exceptionnellement se produire sur un utérus sain (non cicatriciel, sans césarienne auparavant). Je ne savais pas que cette « complication » aurait pu ôter la vie à notre louloute ainsi que la mienne. Mais l’équipe médicale a réagi à temps, j’y ai échappé de justesse et la césarienne d’urgence nous a sauvé.

Néanmoins, notre pitchoune est née sans respirer,  elle était en souffrance fœtale, et les causes peuvent être multiples : mon diabète gestationnel, une infection, ou encore une malformation foetale. Elle ne pleurait pas à la naissance, manquait d’oxygène et a mis de longues minutes avant de réagir, ce qui peux laisser des séquelles neurologiques. Aussi son taux de lactate était élevé. Elle a donc passé toute une batterie d’examens tant sanguins que physiques,des radios, test de mobilités, plusieurs prises de sang.

Les résultats furent rassurants au fil des heures et des jours, mais nous avons vécu ses 15 derniers jours, avec une épée de Damoclès au dessus de la tête. Nous sommes sortis de la maternité sans réponse précise, juste 2 petites visites du pédiatre nous ayant dit que tout allait bien MAIS qu’entre autres, un suivi pédiatrique devait absolument être effectué pour contrôler sa croissance et d’éventuelles séquelles. Mais Choupette va bien, elle s’éveille de plus en plus chaque jour, tient bien sa tête, ne semble pas souffrir de quoi que ce soit…, en tout cas de notre point de vue à nous, de parent pas bien objectif sûrement.

L’examen médical que nous redoutions le plus, c’est celui effectué hier :  l’échographie de son cerveau, une ETF (échographie transfontanellaire) qui permet l’exploration morphologique et vasculaire du cerveau tant que la fontanelle est perméable chez le bébé. Et les nouvelles sont bonnes, aucune malformation n’a été détectée, le doppler était bon, aucun trouble neurologique n’a été constaté.

Mais ces fameuses séquelles, elles peuvent se manifester plus tard, en grandissant, et de différentes formes, tant physiques que mentales. Pour la première fois, nous avons peur pour l’avenir, peur pour sa santé, peur pour la santé de nos 5 monstres gentils. Nous allons devoir apprendre à vivre avec ce nouveau sentiment, discrètement, en silence, vivre avec cette crainte de voir peut-être un jour notre enfant souffrir, être affaibli, devoir

vivre avec cette peur qu’on ne connaissait pas avant.

reconfort_bb

*#*#*#*#*#*#*#*#*#*
Pensez à commenter cet article
à Bientôt
Félie et sa famille nombreuse au naturel
**********

0 thoughts on “Cette peur qu-on ne connaissait pas avant

    1. merçi les mamies. En fait c’est de ne pas savoir à quoi s’attendre le plus difficile, car cela peut aller d’un « simple » bégaiement à un trouble plus grave comme un pb cardiaque ou autre, même si les examens faits depuis sa naissance sont bons. Et aussi bien, elle peut être en bonne santé toute sa vie

Laisser un commentaire