En famille

Etre maman et flancher, perdre pied

Ce constat, je le fais aujourd’hui. Car oui, je flanche, les nerfs lâchent, je ne dors que quelques heures par nuit, mon corps ne suit plus. J’ai accouché de notre petite Choupette il y a tout juste 2 mois et je ne me suis pas autorisée à avoir un coup de blues, mais avec les derniers événements, ….

Depuis la naissance de notre louloute, on ne peut pas dire que l’on a vécu « sereinement », le pédiatre ne cesse de nous mettre la pression par rapport à sa perte de poids juste après sa naissance (alors qu’elle a une courbe normale au final), à nous laisser dans le doute, elle a mis 6 minutes à respirer à sa naissance oui, et elle pourrait avoir un souci, un jour ou l’autre,  mais sans certitude.

Puis cette foutue bronchiolite a failli nous enlever notre louloute, notre bébé, comme ça, d’une façon si soudaine. J’ai passé de longues journées avec elle dans cet hôpital, 9 jours au total, entre 4 murs, à retenir mon souffle, à attendre, à compter les heures gagnées, en m’autorisant à pleurer uniquement le soir, aux moments les plus « discrets », dans le noir, puis à faire bonne figure encore, lorsque son état s’est amélioré, à mettre mon masque, celui de la maman positive que ne s’autorise jamais à flancher, de peur toujours de ne pas me relever, de devenir trop faible.

Cela fait aujourd’hui 5 jours que nous sommes rentrés à la maison, et aujourd’hui je perd pied complètement, alors que notre choupette va mieux , alors que tout s’arrange progressivement et qu’au contraire je devrais être heureuse et soulagée. Mais je n’y arrive pas.

Ce midi j’ai été récupérer BOUH à l’école, et une maman, au courant de la situation, m’a fait une accolade et dit « ça va aller ? » et je me suis effondrée d’un coup, comme ça, devant les autres parents, pendant 1 minute. Cette minute de relâchement me fait prendre conscience que je ne vais pas bien. Mes larmes coulent sans retenue, je suis épuisée, je dévore tout ce qui traîne, je tourne au café. Je ne ressens pas grand chose, pas même de la colère, je n’en veut à personne, je suis juste au bout.

larmes

Je tente de noyer le poisson en m’occupant l’esprit, ici sur le blog, à la maison en jouant avec les enfants, en changeant un peu la déco du salon, en tentant de sourire, mais mon mal me rattrape.

J’ai beau pourtant être soutenue par ma famille, mes amis et par vous aussi, rien n’y fait.

C’est donc à mon tour de me battre maintenant, comme une grande, de trouver la force, comme avant.

Je suis l’heureuse maman de 5 magnifiques et adorables monstres, la femme d’un homme exceptionnel qui veille sur moi autant que je l’autorise à le faire, mais là, je perd pied.

*#*#*#*#*#*#*#*#*#*
Pensez à commenter cet article
à Bientôt
Félie et sa famille nombreuse au naturel
**********

0 thoughts on “Etre maman et flancher, perdre pied

  1. Au bout d’un moment c’est normal de craquer, humain. Avec tous le stress, la peur que tu as vécu ces dernières semaines un moment les larmes coulent, et il le faut. Je ne vie pas la même situation que toi a part la petite prise de poids de ma Kangourou mais je vie des moment dur aussi (beaucoup de cancer dans la famille) et il m’arrive aussi de craquer (j’ai même craquer devant Crapule). Tes enfants et ton mari ont de la chance d’avoir une maman aussi forte que toi.

  2. Je comprends un peu ton sentiment. Ma fille aussi avait été hospitalisée 10 jours pour une bronchiolite, elle avait 5 mois. L’hospitalisation est toujours difficile à vivre…
    Craquer est normal… la fatigue s’accumule… je ressens déjà un peu cet état avec seulement 2 enfants, donc j’imagine qu’avec 5, ça se multiplie… Il faut savoir s’écouter… Tu as l’air d’avoir la chance d’avoir un mari qui te soutient.. c’est égoïste peut-être.. mais profites-en ! J’ai actuellement un pied dans le plâtre, je me sens inutile, impuissante, et très frustrée de ne rien pouvoir faire ou presque dans la maison, avec mes enfants…
    Je ne peux que te souhaiter bon courage.. et de souffler un bon coup !

    1. merçi beaucoup niya, oui effectivement cette hospitalisation, ca restera un traumatisme. Et cette fatigue morale, c’est la pire je crois, mais oui mon homme me soutient énormément tant à la maison avec les enfants que psychologiquement, j’ai cette chance. Je vois mon médecin demain matin, un coup de pouce survitaminé ne sera pas du refus.
      Plein de courage à toi également car tu dois galérer ma pauvre avec le plâtre, c’est super handicapant. Qu’est-ce qui t’est arrivé ?

      1. Une voiture m’a renversée alors que j’emmenais mon fils à la crèche. Lui n’a rien eu heureusement, et moi je m’en sors qu’avec un pied dans le plâtre… et quelques nouveaux bobos à l’âme…

        1. ma pauvre tu as dû avoir une des ces frayeurs !!! Heureusement comme tu dis ton fils n’a rien eu mais prenez soin de vous, car ca a du vous « secouer » autant physiquement que moralement. On vous envoie 7 bisous guérisseurs depuis nos montagnes.

  3. Tu as le contrecoup c’est normal! Je me demandais comment tu faisais avec tes cinq loulous et cette dernière épreuve de l’hospitalisation de Choupette. Moi je craque déjà avec mes trois! Il faut que tu te remettes de tout ça et que tu reprennes des forces. Si tu peux réussir à dormir un peu quand ta petite dors et que les grands sont à l’école, ça t’aidera. Oublie momentanément et autant que tu peux la gestion de la maison et repose toi. Ça doit être ta priorité. Grosse bises, je suis solidaire!

  4. C’est normal, comme tu dis tu as vécu des moments difficiles depuis la naissance de ta puce. Plein d’angoisses de la perdre. Et maintenant qu’elle va mieux, la pression retombe et tu relâches. C’est là que le blues et les pleurs arrivent, je pense que c’est complètement normal. On est là nous !! (virtuellement mais là quand même) <3

    1. merçi fanny, oui je sais que tu es là et que je peux compter sur es copines. C’est un gros coup de déprime, ça tombe. Je vais me reposer quelques jours sur mon chéri, pour le soir du moins, pour récupérer un peu. Bisous et encore merçi pour ce gentil message 😉

  5. Oh ton article me touche ! Maman de 5 enfants, autant de problème, d’angoisse, de nuits incomplètes… Tu peux craquer c’est tout à fait normal. Fait toi aider autant que possible, prend un peu de temps pour toi. Tu as tenu le coup quand ta fille avait le plus besoin de toi, maintenant qu’elle va mieux tu relâches la pression, c’est compréhensible. Je t’envoie plein de bisous de soutien.

    1. merçi beaucoup 😉 J’ai eu tellement peur pour elle ces 2 derniers mois, entre tous les examens de contrôle à passer suite aux difficultés liées à sa naissance et ce foutu virus, oui, mes nerfs lâchent et je m’en veux d’être comme ça. Mais pas le choix faut que je me repose, mon homme va prendre la relève le soir en rentrant, au moins 2 ou 3 jours, le temps que je récupère un peu.

  6. Ca me rend triste de lire ça et d’un autre côté bien sûr je comprends ! C’est si dur ce que vous avez traversé… C’est normal de tomber parfois et je pense que c’est bien aussi de l’accepter. Pleure un bon coup, délègue le maximum au papa un temps et ta force reviendra d’elle même j’en suis sûre !

    1. oui c’est dur à admettre quand on est maman mais nous aussi on craque parfois. Pleurer en public hier, ca a été le déclencheur, la claque qui fait réaliser que ca va pas si bien que l’on veut le faire croire.
      Je vais prendre un peu de temps pour moi, ne serait-ce que quelques heures le soir, pour me coucher plus tôt, me détendre. Mon homme va prendre la relève.
      Merçi pour ce gentil message de soutien 😉

  7. Coucou Félie,

    Il faut que tu te dises une chose…et oui, on a le droit de flancher et surtout le devoir pour aller mieux après, la pression que tu as eut ces derniers temps et le faite de prendre sur toi, on amplifier une situation de fatigue extrême que tu as, tu te mets trop de pression, relativise plus les choses, moi c’est ce que je fais maintenant depuis que Maxence à été opéré du cœur et que nous avons failli le perdre, je savoure chaque jour et j’essaie de prendre du temps pour moi ( j’avoue c’est rare ces derniers temps ), ou vraiment quand ça ne va pas, je pète un cable, j’extériorise tout ce qui ne va pas, je prends l’air et je réfléchi à la chance que j’ai d’avoir un super époux, des enfants magnifiques, chiants aussi mais c’est normal, je n’essaie pas d’être une mère parfaite parce que de toute façon ça n’existe pas.
    Autorise toi à craquer, pleurer, parler, extériorise, prends l’air et arrête de te mettre la pression et mange du chocolat, prends une tisane de valériane le soir, du houblon et du prèle des champs en gélules associé ensemble, ça te permet de te relaxer sans t’endormir la journée, je le sais j’en prends depuis 1 an et ça me fait du bien parce que je suis une anxieuse de nature et moi aussi j’essaie de tout prendre sur moi, mais à la différence c’est que quand ça va pas, je pleure, je râle et après je me sens mieux.
    Pense à aller voir une bonne sophrologue, le lâcher prise s’apprends et tu iras mieux, bref tiens nous au courant, je t’envoie trois millions de courage, fais toi aider et ne m’minimise pas devant le médecin tu n’es pas une machine et il n’y a aucunes honte à ça.
    bisous.

    1. Merçi louisa. Oui en temps normal, j’extériorise facilement, je me mets en colère, je pète un câble de temps en temps, je sais faire mais là … ca coince, trop épuisée surement.
      Mais je vais me reposer un peu sur mon homme quelques soirs, le temps de récupérer, et aller voir un psy dans quelques temps, sur es conseils de mon médecin, pour que ca sorte, pour qu’un étranger entende mes douleurs et qu’on en finisse avec tout ça.
      Plein de bisous et encore merci pour ce gentil message. A bientôt 😉

  8. Chère Félie, nous sommes toutes tristes de vous voir ainsi. Mais vous êtes juste humaine, c’est normal que vos nerfs lâchent, maintenant que votre Choupette va mieux. Vous avez tenu tout le temps qu’il fallait et maintenant vous vous autorisez à déposer l’armure. Conseillée par votre médecin et entourée par les vôtres, vous allez vite aller mieux, et si ça persiste un peu, n’hésitez pas à venir vous épancher ici.
    Nous vous serrons dans nos bras de mamies.

    1. Merçi beaucoup les mamies, pour ce gentil message de réconfort 😉 Notre choupette va bien maintenant et c’est un beau cadeau, une belle chance que la vie nous offre. A moi maintenant de rebondir, de prendre un peu de temps pour récupérer et DORMIR. Bisous de nous 6 et merci pour le câlin virtuel <3

  9. Tu n’as pas a faire ca seule, tu vas faire une dépression a force! Va voir un spécialiste!!! Ce n’est pas quelque chose de tabou cela arrive a beaucoup de femmes! Et justement quand tout va bien et qu’on se dit qu’on a aucune raison! Fait attention ce n’est pas anodin!

    1. merçi pour ces gentils conseils. Mais oui je connais cet état, je suis un ancienne dépressive et ai vaincu cette putain de maladie il y a 16 ans. Alors non pour rien au monde je retomberais à ce point sans réagir et me faire soigner.
      Là c’est super le baby blues qui me rattrape, le contrecoup des événements, et énormément de fatigue. Mais tout ira bien avec un peu de repos et l’aide de mon homme pour prendre la relève quelques soirs.

  10. C’est le contrecoup. Je reconnais bien les symptômes et même si tout va bien maintenant il n’en reste pas moins que cinq enfants c’est pas rien j’en sais quelque chose, on tient parce qu’il faut mais dès que les enfants vont mieux on craque car on a pris sur les réserves. Prends soin de toi, dors le plus possible, respire bien fort pour t’oxygéner peut-être prends des vitamines et surtout des oméga 3 ça aide vraiment à réguler les émotions. Courage ! T’as le droit de penser un peu à toi aussi,

    1. Merçi claudine. Oui c’est exactement ça, dès que les enfants vont mieux on craque, le trop plein doit sortir. Je vais tâcher de me reposer un peu, faire la sieste en même temps que les 2 petites l’après-midi, me coucher plus tôt et SOUFFLER. Ce qui peut attendre attendra.
      Encore merçi pour ce gentil message de soutien et bisous à ta tribue 😉

  11. J’imagine que c’est le contrecoup de l’hospitalisation de Choupette qui te joue des tours
    J’ai craqué lorsque Bébé avait 1 mois. Papa en déplacement 4jours, pile au moment du 1er rdv pédiatre.
    Un pédiatre qui n’en a que le nom car brute, dans ses paroles et dans ses gestes, avec Bébé comme avec moi.
    En rentrant chez moi j’ai flancher, n’arrivant plus a calmer mon bébé qui ressentait mon mal.
    J’ai téléphoné au Papa qui a essayait de me consoler tant bien que mal par téléphone.

    Et puis j’ai reussi a relativiser, au bout de quelques jours, lorsque j’ai réussi a me reposer davantage et a extérioriser tout ce mal qui me submerger dans des pleurs a n’en plus finir.

    Prend ton temps, mais ne doute pas.
    Tu as 5 enfants, ce qui veut dire que tu en as élevé 4 et rien que ca, te decerne un diplôme de super maman.
    Exprime toi, crie le soir, dehors, envoie tout dans les nuages et libère toi. Pleurs autant que tu en as le besoin. Parles si tu en as envie.

    Prends ton temps et prends soin de toi.

    1. merci beaucoup c’est adorable. Oui on a souvent tendance à oublier nous les parents, qu’on est pas des robots, et parfois on se fait rattraper par la fatigue, les événements.
      Cette fois c’est mon tour et je vais devoir m’écouter un peu plus.
      Mon médecin m’a prescrit un truc léger, histoire de me détendre et de moins cogiter.

  12. C’est normal de flancher de temps en temps. Tu as été forte jusque là, et je t’admire pour ça! Je pense que j’aurais craqué bien avant! Tu vas maintenant pouvoir souffler un peu, te détendre, et si tu as besoin de craquer de nouveau et bien vas y! C’est humain!! Courage, et des bisous à tous

    1. merçi beaucoup c’est gentil. Je vais tâcher de me reposer un peu plus,au fil des jours ca devrait « rentrer dans l’ordre ».
      Et rien que d’en parler ici et à mon médecin me fait beaucoup de bien,pour tourner cette fichue page.

  13. Rien de plus normal de perdre pieds dans cette situation. Puis quelle vie, 5 monstres même gentils ce n’est pas rien. Tu es pas une simple maman tu es une wonderwoman ! Courage a toi, je t’envoie pleins d’ondes positives.

Laisser un commentaire