Grossesse

La MAP : quand bébé risque de venir au monde trop tôt (partie 2/2)

Me voilà donc dans ma seconde phase d’hospitalisation pour arrêter les contractions et remédier à cette MAP. Il est 18h30‚ mon repas est servi et toute ma troupe s’en va‚ car entre les cartables à préparer ‚ les douches à prendre et le repas à préparer‚ papa ne va pas avoir le temps de chômer.

La soirée passe tranquillement et je continue de prendre l’ADALATE toutes les 8 heures.

La nuit s’annonce encore très courte car les corticoïdes injectés le matin (pour maturer les poumons de bébé) empêchent de dormir. On m’avait prévenue et pas menti‚ à minuit, je ne dors toujours pas.


Jeudi 8 octobre

Je me réveille à 6 heures comme prévu pour reprendre mon traitement et file sous la douche.

7 heures : le redouté monitoring arrive. Mais le stress est là‚ j’ai à nouveau des contractions comme avant le début du traitement ‚ et ce n’est pas bon signe.

7h50 : le petit déjeuner arrive et le monitoring est débranché. La SF me confirme qu’effectivement, j’ai pas mal contracté et va en parler au médecin.

monitoring grossesse /MAP menace d'accouchement prématuré

9h30 : attention là c’est le début d’un sketch. Une autre sage femme arrive et m’annonce que je sors‚ que mon état n’est pas si alarmant ‚ qu’arriver au 5 ème bébé c’est normal que ça contracte autant et qu’il n’y a aucune raison que bébé arrive prématurément. WHAT !!!! Elle va même jusqu’à me demander si je tiens vraiment à faire la 2 ème injection de corticoïdes pour les poumons de bébé !!!! Je tombe un peu des nues et insiste pour l’avoir. Je suis contente de sortir mais ne comprend pas trop, compte tenu des grosses contractions ressenties le matin même sur le monito. Bref, j’appelle mon homme pour qu’il vienne me chercher. La 2eme injection de corticoïdes est faite.

9h45 : la SF du monito du matin revient et me demande pourquoi je fais ma valise. Et là, stupeur, elle me dit « non non non, vous ne sortez pas, j’ai eu le médecin au téléphone ‚ vue vos contractions on vous garde jusqu’à demain encore« . J’avoue qu’à ce moment là, je me suis demandé à quoi ils jouaient car niveau communication c’était pas ça. Mais cela me parait tout de même plus logique de rester pour peaufiner encore le traitement et calmer les contractions. Je rappelle vite mon homme avant qu’il ne prenne la route et lui aussi réagit bien, en rigole même ‚ limite cela le rassure. Mais comme il dit‚ elles ont mal accordés leurs violons 😉

Je vais donc passer un peu plus de 48 heures à l’hôpital, le médecin ne reprendra une décision que le lendemain en fonction du prochain monito.

La journée continue donc au rythme des siestes‚ des repas et prises de médicaments. J’en profite pour écrire plusieurs brouillons d’articles pour le blog‚ tchatter avec les copines‚ lire, m’occuper la tête. Mon homme et Manoutéa font une apparition d’1 heure en fin d’après-midi.

20h : une SF m’apporte mes médicaments du soir et du lendemain. En discutant elle soupçonne que l’ADALATE du matin n’ai pas eu le temps de faire effet avant le monito. Celui du lendemain sera donc effectué plus tard.

Me voila repartie pour une nuit en dent de scie‚ mais toujours avec le bonheur de ressentir les jolis et agréables mouvements de ma pitchounette dans mon gros bidon‚ et en espérant que tout ira mieux le lendemain.

MAP menace d'accouchement prématuré


 Vendredi 9 octobre

6h30 : je prend mon comprimé d’ADALATE et file sous la douche.

7h30 : le petit dej est servi et j’avale 2 Spasfon. C’est partie pour une dizaine de SMS entre moi‚ mon homme et les grands avant qu’ils partent à l’école et au boulot.

9h : le monitoring arrive. Je suis sereine‚ confiante et bien installée sur le coté avec un gros coussin. Reste plus qu’à attendre.

MAP menace d'accouchement prématuré

9h30 : fin du monito et aucune contraction ressentie, ni même d’hypertension. Un poids énorme descend de mes épaules. Le traitement fonctionne, il fallait juste laisser du temps à mon corps pour l’assimiler. La sage-femme se montre rassurante et me fait comprendre que cette fois ci c’est la bonne, reste juste à avoir confirmation du médecin et savoir quelle dosage il va décider.

10h45 : La réponse arrive. Le médecin me laisse sortir !!! Gniiiiii !!!! Je suis à exactement 33 SA et 6 jours et je dois rester quasi alitée à la maison pendant minimum 8 jours.

14h00 : mon homme arrive me délivrer avec Manoutéa et je repart avec une ordonnance d’ADALATE et SPASFON + prise de sang complète à faire pour mes plaquettes. Un prochain rendez-vous est fixé en milieu de semaine prochaine pour refaire un contrôle sur monitoring, et mon rendez-vous d’anesthésiste est avancé au même jour, au cas où (car prévu normalement fin octobre).

Mon hospitalisation pour MAP (menace d’accouchement prématuré) est donc terminé et aura duré presque 3 jours. Elle fut concluante et rassurante.

Certes je dois maintenant rester au repos maximum, mais la délivrance est proche. Notre pitchounette sera bientôt dans nos bras et en bonne santé nous l’espérons.

Quant à la date d’accouchement, le médecin a déjà décidé, compte tenu de son poids, de laisser la nature faire les choses sans aucun traitement dès la fin de la 35ème SA. Donc à mon avis, ce sera plus fin octobre que fin novembre, mais qui sais …..

*#*#*#*#*#*#*#*#*#*
Pensez à commenter cet article
à Bientôt
Félie et sa famille nombreuse au naturel
**********

2 thoughts on “La MAP : quand bébé risque de venir au monde trop tôt (partie 2/2)

Laisser un commentaire