Humeurs

Le mal de Mère

Aujourd’hui je partage avec vous une douleur qui me ronge depuis si longtemps, le mal de mère, le mal de ma mère. Je vis avec cette souffrance depuis toute petite, et à 37 ans, la douleur a resurgi.

Je vous le disais il y a quelque temps ma mère n’était pas parfaite, et je crois qu’aucune ne peut l’être, ni même moi. Nous ne sommes pas des robots, juste des femmes, avec des sentiments, des idées, des principes. Nous ne sommes que des mamans qui tentent jour après jour d’élever au mieux nos enfants, de les aimer très fort, de les supporter, de les protéger jour après jour.

amour d'une mère

Ma mère à moi, m’a élevé comme une copine. Je suis la fille du premier mariage, le fruit du plus gros échec de sa vie. Et j’ai grandi, tant bien que mal, avec un nom de famille qu’elle maudissait.

J’ai été sa confidente, sa psy très longtemps, je le suis même encore, et c’est pesant, épuisant, malsain.

J’aurais tant rêvé d’avoir une mère normale, qui prenne soin de moi et m’écoute, avant que je doive le faire pour elle, une mère qui me prenne dans ses bras avant que je vienne vers elle, une mère qui fasse attention à moi ….

On a  débarqué toute notre famille en normandie, pour nous rapprocher de nos parents respectifs, malgré nos projets de départ. Cela me tenait tellement à cœur. Mais depuis notre arrivée ici, les choses ne se passent pas comme prévu : mon homme a fait les frais des nombreuse désillusions, et il y a une vingtaine de jours, c’est moi qui s’est prise une nouvelle claque, qui m’a anéanti : à 37 ans, j’ai pleuré des jours entiers cette mère qui fait des choix entre ses enfants, cette mère qui encore une fois, m’a sacrifié, alors qu’il suffisait qu’elle dise non.

mal de mère / manque d'une mère

Quand je pense que je culpabilisais de vivre à 700 km d’elle, alors qu’elle était malade, que je m’en voulais tant d’être si loin …. On a tout plaqué pour revenir en normandie, près de notre « famille », et au final, je revis la même situation qu’il y a 12 ans lors de notre départ.

Il y a malheureusement des choses qui ne changeront jamais, malgré nos nombreuses discussions à ce sujet ces dernières années. Et cette nouvelle « anecdote », insignifiante pour certains, est tellement révélatrice pour moi.  Je ne vais pas bien en ce moment et je n’ai cessé ces derniers jours de repenser encore et encore au passé, et à toutes ces choses qu’elle n’a pas faite pour moi, sa fille.

Tout est remonté brutalement à la surface.

Je ne suis pas sa copine, sa confidente, sa psy. Je ne suis pas celle qu’elle doit appeler sans cesse pour se plaindre de sa belle-famille, des ses amies, de ses enfants, de ses collègues, de ses sœurs. Ce n’est pas à moi qu’elle doit confier toutes ses peines, sans jamais écouter (ou prendre en considération) les miennes.

On était pourtant fusionnelle, mais tout ca est malsain, pour moi en tout cas, une relation destructrice.

J’ai passé ma vie à ne rien lui demander car elle m’a élevé ainsi, contrairement à mon frère et ma sœur.

Et au final, je n’ai rien eu et n’aurais rien. Au final, je n’ai pas de mère.

J’ai le mal de mère.

*#*#*#*#*#*#*#*#*#*
Pensez à commenter cet article
à Bientôt
Félie et sa famille, en route vers une vie plus simple
**********

0 thoughts on “Le mal de Mère

  1. Je te souhaite de passer un agréable réveillon avec ta famille proche… Ton mari et tes enfants… et que cette nouvelle année soit positive pour vous quels que soient vos projets.
    Bisous.

  2. J’ai bcp de peine pour vous 🙁 on attend tjr de ses parents (et c normal) de la reconnaissance,de l’estime et du soutien, et qd on attend en vain…c t dur!en + vous avez sacrifié bcp pour revenir prêt de vos proches et voilà…raccrochez vous a votre famille c a dire votre mari et vos enfants, au final c tt ce qui compte 🙂 vous ne pourrez pas changer votre mère encore moins son attitude égoïste a votre encontre alors pleure, craquez un bon coup, et continuez d’avancer vous n’êtes pas seule,il y aura d jours meilleurs 😉

    1. merçi beaucoup floriane oui c’est dur de voir qu’une fois encore, les faits restent les mêmes, dur de constater que quoi que je ferai, je ne trouverai jamais grâce à ses yeux réellement.
      Alors oui maintenant c’est fini, il n’y aura plus jamais de tentatives, ca fait trop mal.

  3. Jamais très facile la relation avec les mamans.
    J’ai le même âge que toi, une tout autre trajectoire que ce que je peux retracer de la tienne en te lisant… et pas de meilleure relation avec ma mère !
    Pendant des années, je me suis persuadée qu’elle n’avait pas pu faire autrement que ce qu’elle a fait, avec moi, avec nous. Et puis, je suis devenue maman – pas parfaite non plus, note bien ! – et je me suis rendu compte que bien sûr, elle aurait pu faire autrement…
    Et pour la petite anecdote, après m’avoir fait déménager (500 kilomètres, quand même) et quitter ceux qui m’étaient chers quand j’avais 19 ans, voilà que maintenant, c’est elle qui est partie s’installer à 1200 km de chez nous !!!!!
    Bon courage.
    Plein de courage à toi, à vous, c’est pas facile les désillusions, mais elles font malheureusement partie de la vie !

    1. excuse moi pour cette réponse si tardive 🙁
      Oui comme tu le dis, la relation mère fille est souvent compliquée, parfois destructrice. pour ma part, après 3 mois de « coupure du cordon » je sais maintenant que cette relation était plus que néfaste pour moi et je dois avouer que je me porte mieux, malheureusement. La vie est ainsi faite.
      Merçi pour ton soutien et à bientôt

Laisser un commentaire