Test produit

Parents Témoins Blédina : mon enquête sur les petits pots

Il y a quelques temps vous le savez, on m’a proposé d’intégrer le programme des Parents Témoins Blédina.

Ce programme, c’est l’occasion de découvrir le secret des petits pots. C’est 2 jours en immersion pour mener l’enquête, rencontrer un producteur, visiter l’usine et rencontrer le chef Blédina.  Qu’on soit pour ou contre l’utilisation des petits pots industriels, c’est l’occasion parfaite pour en savoir plus et découvrir les coulisses de leur fabrication.

**************

Pour commencer, un petit point sur les matières premières utilisées et leurs origines  :

  • 21 variétés de fruits sont utilisées, 85% des fruits proviennent de France et d’Italie, mais les fruits plus exotiques (banane, manque, ananas, fruits de la passion) viennent du reste du monde (Vietnam, Équateur, Guatemala, inde).
  • 15 variétés de légumes, en provenance essentiellement d’Europe

Alors pourquoi ne pas s’approvisionner qu’en France ? Tout simplement parce qu’il faut maintenir un niveau d’approvisionnement suffisant en fonction des aléas climatiques.

Certains fruits et légumes récoltés sont conservés sur place à une température et atmosphère « maîtrisée ». D’autres sont achetés déjà surgelés. En effet la surgélation est un procédé de conservation sûr, qui permet de garder les vertus nutritionnelles des aliments intacts et de préserver le gout

  • 6 types de viande (veau, porc, bœuf, agneau, dinde, poulet)  provenant exclusivement de France. La viande bovine porte le label VBF Afficher l'image d'origine qui garantit que les bovins sont élevés et abattus en France
  • 6 variétés de poisson (saumon, colin, merlu, sole, lieu noir, cabillaud) ; du poisson sauvage pour avoir une meilleure qualité nutritionnelle et moins de gras, et portant le label MSC  Afficher l'image d'origine qui garantit des pratiques de pêche durables, respectueuses des espèces et écosystèmes marins (sauf le thon , pêché à la canne)

Blédina fait donc appel à plusieurs fournisseurs pour toutes ces matières premières.  Mais le cahier des charges à respecter est le même pour tous. Il est très strict (traçabilité complète, contrôle drastique, qualité nutritionnelle, …) pour répondre à la réglementation en matière de Babyfood, mais aussi aux autres exigences imposées par Blédina.

**************

Ensuite, nous sommes allés « à la source » rencontrer une productrice :

Nous avons pris la route vers Albi, dans les vergers de Montdragon. Nous y avons rencontré Hélène, une productrice de pommes, partenaire de Blédina depuis de nombreuses années et passionnée par son métier.

parents témoins blédina

Elle nous a expliqué ses différentes techniques, pour cultiver ses pommes de façon raisonnée et éco-responsable, pour trouver l »équilibre et rester en harmonie avec la nature, tout en respectant les nombreuses contraintes du Babyfood. Et je peux vous confirmer que tous les partenaires de Blédina travaillent avec les mêmes exigences, les techniques utilisées sont les mêmes que dans le verger de poire que j’avais visité en juin avec Blédina.

J’ai pour la première fois de ma vie, grâce à hélène, pu mangé une pomme, sans devoir la nettoyer au préalable. Car les pommes Golden Blédina ne contiennent aucune trace de résidu chimique ! J’en ai cueilli une moi-même et ai pu la croquer aussitôt. Et ce goût …. miam, je n’ai jamais mangé de pomme Golden aussi bonne, croquante et juteuse.

Parents témoins blédina

 

Nous avons aussi pu visiter les locaux dans lesquels les pommes sont conservées, ainsi que la chaîne de nettoyage et de calibrage.

Voici une petite vidéo pour vous montrer le procédé (je précise que ces pommes ne sont pas destinées à blédina 😉  ) :

***************

Visite de l’usine Blédina

Nous avons ensuite visité l’usine Blédina de Brive-la-gaillarde, qui fabrique les petits pots.

parents témoins blédina
Crédits : Parole de Mamans

********

On commence par la visite d’une ligne de production.

C’est tenue de combat exigée, normes d’hygiène et de sécurité oblige (c’est pas glamour du tout et pas cintré, mais pas le choix 😜 )

On a visité la ligne des petits pots et découvert le processus de fabrication du début à la fin.

Pour commencer, on s’occupe des matières premières, avec dans l’ordre : le déballage ; le relavage, épluchage et broyage des matières ; la cuisson vapeur ; le raffinage (transformation en purée souple) ; l’assemblage (mélange entre plusieurs aliments selon les recettes)

Puis c’est au tour des petits pots en verre (envoyés par palette par un fournisseur). Ils sont dépalettisés, triés et vérifiés minutieusement un par un. Le but est de contrôler le moindre défaut et de tester leur résistance au choc, avant de partir au lavage.

Les petits pots sont ensuite remplis, fermés, codés (attribution du n° de lot pour assurer leur traçabilité), puis envoyés à la stérilisation pendant 1 heure à 120 ° C (qui permet une conservation longue)

parents témoins blédina
Crédits : Parole de Mamans

Les pots partent ensuite au refroidissement, avant d’être emballés par lots de 2, 4 ou plus, et mis en palettes pour commercialisation.

parents témoins blédina
Crédits : Parole de Mamans

Tout ce processus de fabrication, c’est plus de 100 points de contrôle.

Les recettes se font par ordre de complexité, des plus simples (à un seul ingrédient) aux plus élaborées (multi-ingrédients), avec 8 à 9 heures de nettoyage entre chaque recette.

**********

On file ensuite dans le secteur Recherche et Développement.

14 personnes se consacrent entièrement à ce secteur, aux besoins de bébé en matière d’innovation, de rénovation et de recherche.

Nous avons rencontré les chefs Thierry Fichet et Guillaume Troucat, ainsi qu’une responsable de projet Célia Lachaud.

Ils nous ont expliqué toute l’alimentation infantile de 0 à 3 ans et comment ils procèdent à l’élaboration des recettes. Ils doivent  non seulement se conformer à la réglementation (toujours et encore), mais travailler aussi sur la qualité nutritionnelle et le goût, pour préparer au mieux bébé à sa future alimentation.

parents témoins blédina

On a dégusté différentes recettes de petits pots et sommes passé en cuisine avec les chefs. Nous avons découvert certaines recettes plus en détail (équivalence de quantité et d’ingrédients entre le pot et l’assiette).

parents témoins blédina

Et enfin nous sommes passé par le laboratoire, pour découvrir à quel point la recherche est poussée.

Par exemple, chaque morceaux dans les recettes est comptabilisé et étudié. Il doit pouvoir se conformer à la mâchoire de bébé en fonction de son âge et de sa force pour être croqué sans risque !

**********

Voilà, vous savez tout sur les 2 jours que j’ai passé en immersion, pour le programme des Parents Témoins Blédina.

Pour ma part je partais curieuse d’en apprendre plus mais sans à priori. Mes enfants mangent des pots Blédina depuis toujours, en alternance avec du fait maison. Je suis toujours partie du principe que la réglementation est tellement stricte, que les produits ne peuvent pas être nocifs pour leur santé.

Et les recettes sont tellement diverses et variées, que cela me permet de proposer à bébé des produits que je n’ai pas forcément dans mon frigo.

Bébé choupette est intolérante à la tomate et je trouve facilement l’info sur la composition.  Mais néanmoins j’avoue que pour des allergies plus complexes, il reste un gros travail à faire de ce coté, pour encore plus de transparence et de précision (traces de lait, etc…).

J’ai un petit bémol aussi à émettre sur le packaging. Moi qui me tourne progressivement vers le zéro déchet (le moins de déchet possible en tout cas) je suis restée frustrée 🙁  Voir tous ces emballages en carton, toutes ces étiquettes en plastique, quand bien même d’autres solutions existent… grrr. Mais ça, c’est une autre histoire 😉

Et vous, vous pensez quoi des petits pots Blédina ? ou des petits pots industriels en général ? Vous avez des questions ? Si oui n’hésitez pas, je tâcherais d’y répondre ou me renseignerai pour vous 😉

*#*#*#*#*#*#*#*#*#*
Pensez à commenter cet article
à Bientôt
Félie et sa famille nombreuse au naturel
**********

0 thoughts on “Parents Témoins Blédina : mon enquête sur les petits pots

Laisser un commentaire